La Lettre circulaire de l'ASPF

Brèves (BMR)

Le FMEF en phase de dissolution

Pour être en mesure de se faire reconnaître comme organisation d’utilité publique, la FIPF dont l’a.s.p.f. et le FMEF sont membres, a fait appel aux différentes sections du FMEF en France, en Suisse, en Belgique et au Canada et a demandé que celles-ci lui cèdent la gestion de leur capital pour augmenter le fonds de capital propre nécessaire à cette opération. Ceci a suscité de vives discussions au sein du FMEF et de ses sections nationales.
Le FMEF a cette spécificité qu’il a été fondé par les associations nationales des pays susmentionnés membres de la FIPF comme organisme indépendant. Les associations nationales versent chaque année une part des cotisations de leurs membres sur le compte national de leur section du FMEF. Alors que le fonds reste bloqué, les intérêts de chaque compte national peuvent être dépensés pour des projets internationaux approuvés par l’ensemble des sections, comme cela a été le cas pour le projet Alternatif au congrès de Durban, ou par la section nationale concernée pour un projet national. Les projets doivent bien entendu correspondre à la vocation du fonds telle qu’elle est stipulée dans ses statuts.
Le président du FMEF international étant notre membre George Maeder, nous sommes informés quasi de première main. C’est donc avec vigueur que nous avons défendu avec Georges Maeder le statut indépendant de notre section du FMEF, et c’est avec regret que nous avons vu d’autres sections céder à l’appel de la FIPF ou se dissoudre ou sommeiller faute d’effectif.
L’a.s.p.f. a pour coutume de verser chaque année la somme de 1000.- sur son compte FMEF. Les taux d’intérêt étant constamment revus à la baisse, le nombre de projets soutenus l’est également. Le prochain projet en vue sera donc peut-être réalisé au congrès mondial de Liège en Belgique en 2016, mais il se peut aussi qu’il devra passer à la trappe. Dans ce cas, nous devrons nous aussi discuter de la dissolution de notre section du FMEF. Mais comme il s’agit de votre argent, il sera reversé à l’a.s.p.f. le cas échéant.

XIVe congrès mondial de la FIPF

Ce congrès aura lieu du 14 au 21 juillet 2016 à Liège en Belgique et est placé sous le titre «Français langue ardente». Vous trouverez les renseignements nécessaires sous le lien suivant:
http://liege2016.fipf.org/cms/
   

Volontaires pour épauler notre chargé des cours

Pour le projet Prix littéraire 2017, nous cherchons des volontaires qui peuvent s‘impliquer dans les domaines suivants:

1 Recherche de fonds

En outre de la somme investie par l‘a.s.p.f. et l‘Ambassade de France en Suisse, le projet a besoin de sponsors pour financer les lectures, les déplacements et l‘hébergement des auteurs, les déplacements et la restauration pour les réunions des élèves, éventuellement aussi la participation des classes au projet. Si vous disposez d‘un réseau de connaissances inclinées vers le sponsoring, manifestez-vous.

2 Communication

Pour assurer la communication entre tous les acteurs du projet, il faut une personne chez qui tous les fils se réunissent. Maîtrise de tous les canaux (portable, email, internet, facebook etc.), conversation facile et agréable, toujours à l‘écoute, tels sont vos atouts? Alors manifestez-vous.

3 Pédagogie

Le matériel pédagogique distribué aux participants ne se fait malheureusement pas tout seul. Si vous êtes un talent en didactique, innovant, féru en littérature, manifestez-vous. On fera également appel à vous pour évaluer le projet à la fin, après la remise du prix, en vue de prochaines éditions.

4 Organisation

Pour la tournée de lecture, il faut organiser des itinéraires, réserver des hôtels, encadrer les auteurs et les rencontres avec les élèves. Le cas échéant, il faut remplacer l‘organisateur principal, qui ne peut pas toujours se plier en quatre. L‘organisation, c‘est votre point fort? Alors manifestez-vous.

Votre bénéfice: nous ferons appel à vous pour élargir notre comité au besoin.

   

Lettre circulaire 1 | 2015

Nous vous annonçons que vous trouverez bientôt dans votre boîte à lettres une nouvelle lettre circulaire, analogue, imprimée sur papier, comme dans les bons vieux temps. C'est que le comité déborde d'activités et voudrait vous en faire part.

Comme la majeure partie de nos membres éprouverait des difficultés à rentrer tard le soir de Brigue, où se tient l'AGM de la SSPES le 27 novembre, nous avons décidé de reporter la nôtre d'une dixaine de journées et de la tenir à Berne le 8 décembre.

Pour tous détails concernant les AGM, ainsi que pour des rapports détaillés sur nos activités et projets récents et futurs, veuillez consulter la lettre version papier et, une semaine après l'envoi, ce site. 

   

Le mot du président 2/13

Chères et chers collègues,

Peut-être vous souvenez-vous de mon dernier appel sous forme de question et dans lequel je me demandais où nous menait le périple de l’ASPF.

Entre temps, nous avons vécu en mars une semaine de la langue française et de la francophonie 2013 dans plusieurs villes de Suisse romande et alémanique, qu’il s’agisse de Lausanne, Genève, La Chaux-de-Fonds mais également de Zurich, Bâle, Berne ou Lucerne.

Au sein du Comité de Neuchâtel nous nous attelons à la tâche depuis septembre déjà pour concocter une nouvelle mouture 2014 qui s’annonce aussi riche et variée que ces dernières années.

Nous avons discuté de la place du français, langue première et langue seconde, de son rôle, des défis à relever, des peines et des joies procurées par son enseignement au cours de la Conférence « Transition Gymnase – Université » de début septembre à Lausanne (lien direct au français L2).

Pour poursuivre l’idée fondatrice d’échange et de partage propre à toute association comme la nôtre et en étroite collaboration avec l’Ambassade de France en Suisse, nous tentons depuis quelque temps de mettre sur pied un Prix littéraire des lycéens à l’image de ce qui se fait déjà en Autriche et en Allemagne. Malgré l’effort conséquent à fournir encore, nous sommes tout de même très optimistes quant à une première mouture pour 2014 déjà…

Pourtant, à l’image de sœur Anne, nous n’entendons ni ne voyons rien venir. Rien, aucun signe, pas une remarque, pas une demande. Ni aucun reproche d’ailleurs. L’ASPF se meurt.

Ou est-elle déjà morte ?

Peut-être est-ce aussi une question de personnes. Tel le Phoenix, l’association des professeurs d’allemand de Suisse romande et du Tessin s’est il y a peu « refondée », a changé de nom et de comité. Cette solution existe pour nous aussi, peut-être ne serait-elle ni la plus stupide, ni la moins efficace. Encore faudrait-il que l’on nous le fasse savoir.

Chères et chers membres de l’ASPF, la question de l’avenir ou de la dissolution de notre association est des plus actuelles. Au silence des membres s’ajoute la lente érosion du comité qui pourrait, à terme, signifier un problème statutaire aigu et la disparition pure et simple de notre association faute de combattants.

L’AG du 22 novembre prochain à Lausanne nous permettra, je l’espère, de pouvoir en discuter en groupe élargi. C’est avec plaisir que nous vous y attendrons.

 

 

Christophe Zimmerli

Président



 

   

Page 4 de 25